• News
28/06/2010

Tendance des marchés - juin 2010

Un marché d'opportunités après la chute des cours

D’une confiance excessive, la Bourse a dérapé en un mois vers la peur, bousculée par la perspective d’une économie et d’une finance mondiales engagées dans un long processus de correction des déséquilibres. Au cœur du débat : l’attitude escomptée, une fois de plus, de la part des Etats et des banques centrales. Les investisseurs attendent d’eux le rétablissement de la confiance à travers des solutions crédibles et pérennes, des mesures cohérentes, de la concertation à l’échelle européenne et mondiale dans la plus grande transparence. La pression exercée par les marchés peut jouer ici un rôle très positif.

A l’heure actuelle cependant, il est rationnel d’exiger une prime de risque plus élevée - que la baisse récente des cours a permis de reconstituer - car les plans de rigueur qui s’annoncent se traduiront nécessairement par une moindre croissance en 2011 et à long terme.

Compte tenu d’une valorisation redevenue plus attrayante, les comportements excessifs des investisseurs commencent à offrir quelques opportunités. La reprise économique est en effet encore là. La dévaluation compétitive de l’euro (près de 20% de baisse depuis le plus haut de décembre 2009) renforce la tendance à l’amélioration des comptes des sociétés, comme la hausse remarquable des commandes à l’industrie de la zone européenne en mars (+5%) commence à en attester. Plus généralement, les échanges mondiaux sont en plein essor et le consommateur américain vient de confirmer le redressement de sa confiance en l’avenir. Enfin, les interventions de la BCE commencent à porter leurs fruits, à en juger la détente récente des rendements de la dette grecque et surtout des taux interbancaires. Ainsi, la période de publication des résultats à venir au début de l’été pourrait réveiller certains cours aujourd’hui dépréciés.

Dans ce contexte où les défis restent nombreux, il convient de privilégier une gestion flexible et réactive en favorisant des sociétés offrant une croissance régulière telles Pernod, SES Global ou Bureau Veritas et opportunément, après le retracement des titres sensibles au cycle Accor, Aegis, Siemens ou Technip. Enfin, son rendement de près de 9% redonne du lustre au titre France Télécom.

Juin 2010