Éditorial | 16/01/2023

Des incertitudes fortes mais de réelles opportunités

Cogefi Gestion

La lettre de Gestion Privée - janvier 2023

Après une année 2022 chaotique sur l’ensemble des classes d’actifs, motivée par une remontée historique des taux d’intérêt, nous démarrons 2023 avec des incertitudes mais aussi de réelles opportunités. Sur le marché obligataire, les rendements sont enfin redevenus attrayants, situation inconnue depuis plus de 10 ans ! Quant aux actions, les valorisations actuelles, en particulier en Europe, constituent une opportunité dans l’hypothèse d’une récession qui resterait contenue.

Même si l’inflation demeurera élevée, liée à des facteurs durables tels que la relocalisation ou la transition énergétique, son ralentissement est déjà enclenché grâce au resserrement monétaire et au ralentissement économique. Depuis octobre, l’inflation core aux États-Unis décélère et les effets des remontées de taux sont encore à venir, notamment sur les loyers. En Europe, un hiver jusqu’ici doux a permis de limiter l’ampleur du choc sur les prix de l’énergie. Ainsi, l’inflation est attendue en recul en 2023 mais à des niveaux largement supérieurs à l’objectif de 2% des banques centrales, ce qui ne permet pas d’anticiper de détente des politiques monétaires. En revanche, une stabilisation des taux autour des plus hauts récents est très probable.

L’ampleur du ralentissement économique reste une des grandes inconnues de 2023. Le renchérissement des coûts de financement, les prix élevés de l’énergie, la perte du pouvoir d’achat des ménages et la politique zéro-covid en Chine, ont fait craindre un scénario noir, matérialisé par un affaiblissement généralisé des indicateurs économiques au 4ème trimestre 2022. Cependant, les risques se dissipent. La crise énergétique en Europe n’a pas été aussi dure qu’anticipée. La consommation des ménages tient, portée par la robustesse du marché de l’emploi et un stock d’épargne important. Des bilans des sociétés sains nous permettent d’anticiper un maintien des investissements, d’autant que les besoins, notamment pour la transition énergétique, restent importants. La réouverture plus rapide que prévue de la Chine, avec la fin de la politique zéro-covid début 2023, est une bonne surprise et devrait alimenter la croissance. Quant à la résolution du conflit en Ukraine, hypothèse que nous n’avons pas retenue à ce stade, elle engendrerait inévitablement une révision haussière de la croissance.

Dans cet environnement de taux structurellement plus élevés, de nouvelles opportunités d’investissement émergent. Le marché obligataire offre dorénavant des rendements attractifs que nous souhaitons mettre à profit. Sur les actions, nous adaptons notre gestion en portant une plus grande attention aux valorisations, dont le niveau est faible pour beaucoup de titres au regard de leur perspectives bénéficiaires et de la qualité de leur bilan. Si nos critères de sélection, tels que la génération de cash, un endettement modéré, et un bon momentum de résultats, restent inchangés, des secteurs longtemps délaissés répondent dorénavant à ces exigences. C’est le cas notamment des compagnies pétrolières, sous-valorisées pour des raisons ESG mais qui, grâce à leurs stratégies d’investissements massifs en faveur de la transition énergétique, devraient retrouver durablement de l’intérêt.

Rédigé le 12 janvier 2023